avril 012019

Nous avons eu ce matin la chance de découvrir les nouvelles serres d’Auteuil avant leur ouverture au public grâce à la ville de Paris. Le jardin des Serres d’Auteuil fait partie, avec le parc de Bagatelle, le Parc Floral de Paris et l’Arboretum de Paris (celui qui appartenait avant à l’école du Breuil), du Jardin Botanique de Paris depuis 1998.

Le jardin des serres d’Auteuil, c’est l’architecture de la fin du XIXe siècle alliée à l’exotisme des plantes tropicales importées de pays lointains et toute la richesse qu’offre un jardin botanique.

Un chouia d’histoire

Le premier à y avoir fait installer un jardin avec des parterres de fleurs et des serres en 1761 fut Louis XV, qui était féru de botanique.
Puis, il faudra attendre plus d’un siècle pour que la conception des serres et l’organisation des jardins soient confiées à Jean-Camille Formigé qui n’était autre que l’architecte en chef du service des Promenades et Plantations de la Ville de Paris.

Les travaux ont commencé en 1895 pour une période de trois ans.

À partir de 1968 et jusque dans les années 70, le parc a perdu un tiers de sa surface pour la réalisation de l’échangeur d’Auteuil et du boulevard périphérique.

À la suite de cela, le centre horticole de Paris, qui se trouvait dans les jardins d’Auteuil, a progressivement déménagé au centre horticole qui se situe sur les communes de Rungis et Fresnes. Aujourd’hui, ce centre horticole produit 2,5 millions de végétaux par an destiné à la décoration de l’ensemble de la ville de Paris.

Voilà pour la petite histoire. Après cela, on peut comprendre aisément que l’opinion publique (j’en faisais partie) ait été préoccupée par une extension des courts de Roland Garros sur le jardin avec des serres contemporaines pour remplacer d’autres serres (même si elles étaient sans réel intérêt historique comme celles de Formigé).

Les serres contemporaines conçues par l’architecte Marc Mimram seront ouvertes au public le 21 juin 2019. Elles s’intègrent au jardin paysager existant et à l’ensemble formé par les serres historiques de Jean-Camille Formigé. Ce projet unique en son genre intègre plus de 1 000 espèces végétales des 4 continents autour du court de tennis semi-enterré Simonne-Matthieu (de 5 000 places).

Je dois dire aujourd’hui que je suis rassurée grâce à cette visite et le résultat est vraiment intéressant et agréable. Ce sont 1368 m² de nouvelles serres qui cachent et encerclent le nouveau court de tennis. Il y a une serre par continent avec dans chacune d’entre elles l’ambiance tropicale de rigueur (température et hygrométrie sous surveillance).

La visite des serres sera ludique puisqu’il y aura des ateliers dans chaque serre et qu’il y a des panneaux expliquant des vertus, des anecdotes et les précisions géographiques de plantes que l’ont connait bien dans notre quotidien tel que le cacao.

Il faut souligner que les serres ne sont pas ouvertes au public pendant le tournoi de RG.

Voilà pour la petite nouveauté. Mais pour ceux qui ne connaissent pas du tout, ce jardin vaut vraiment le détour toutes les saisons, pour une petite balade dans ses allées et pour découvrir ses serres (anciennes et contemporaines) et toutes les magnifiques espèces qui se côtoient.

Le palmarium est aussi incroyablement magnifique avec son immense palmier, sa végétation luxuriante et ses points d’eau. Pour ce qui est de la volière, j’aime beaucoup moins, je suis de ceux qui pensent que la place d’un oiseau n’est pas en cage…

Infos pratique :

3 avenue de la Porte d’Auteuil (16e)


Write a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Protected by WP Anti Spam

You cannot copy content of Voyage au bout des mots