nov. 032017

Pour faire suite à l’article DilloInItaliano, je souhaite ajouter que le français suit ce chemin et qu’il peut être en danger surtout avec l’actuelle équipe gouvernementale qui met des mots anglais à toutes les sauces parce que ça fait mieux, ça fait plus « jeune » et c’est surtout moins compréhensible par tous…

Je suis allée à la dglflf avec mon amie traductrice Isa l’autre jour et quelle n’a pas été notre surprise en découvrant toute la documentation linguistique mise à notre disposition par les personnes vraiment très aimable et sympathique du service…Vraiment petit coup de cœur pour eux parce que les personnes qui y travaillent sont vraiment d’une grande gentillesse et amabilité.

Nous avons eu l’occasion de nous rendre compte que dans la même intention que les dilloinitaliano la dglflf met à notre disposition des petits dépliants qui se nomment « vous pouvez le dire en français »

Numérique Numérique 2 Environnement environnement 2 Football 2Football

J’aimerais de ce fait citer le très grand linguiste pour qui j’ai beaucoup de respect Claude Hagege (vous allez me dire encore lui !!!) qui dit dans son livre « Contre la pensée unique » que la propagation de certaine langue entraine avec elle une pensée unique, ce qui à terme peut être dangereux puisqu’on le sait aujourd’hui (bon ok, pas tout le monde) la richesse se cache dans la multiplicité culturelle, des pensées.

Il y explique que la propagation d’une langue n’est pas nécessairement un danger d’homogénéisation de la pensée il cite en exemple le latin qui s’est propagé en Europe et au-delà pendant des siècles et qui n’a pas causé ce problème (dans ce sens on pourrait citer le grec, l’arabe, le persan et le turc…).

Pour Claude Hadgege, ce sont des langues comme l’anglais ou bientôt le chinois (la Chine qui est en affrontement politique et économique contre les USA essaie de diffuser mondialement sa langue et sa culture) qui peuvent être « dangereuses » dans leur propagation lorsqu’elles s’accompagnent d’une pensée unique et d’une idéologie néolibérale.

Claude Hagège n’est pas un linguiste réac’, il dit lui-même que la propagation d’une langue n’est pas en soi négative et qu’elle peut beaucoup apporter. Le problème réside pour lui dans le fait qu’une langue comme l’anglais apporte avec elle une conception du monde auquel tout le monde n’est pas obligé d’adhérer et craint une stérilisation de la créativité, ce qui a énormément de sens.

Défendez vos langues non pas dans un but nationaliste, mais parce qu’elles représentent une richesse mondiale, chacune d’entre elles. Elles sont toutes uniques et représentent des cultures, des Histoires et tellement de choses merveilleuses qu’il serait triste de perdre… 🙂


Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Protected by WP Anti Spam