« Nouvelle » réforme de l’orthographe

Ce matin en écoutant BFM TV (Eh oui! Personne n’est parfait), j’ai entendu parler de la « nouvelle » réforme de l’orthographe, je mets des guillemets parce qu’elle date de 1990, pour le petit rappel 1990 c’est ça:

 

Vous vous rappelez, cette époque où on avait des coiffures improbables et des pantalons aux couleurs aveuglantes que l’on portait au-dessus du nombril…

Qu’on s’entende bien, je n’ai rien contre cette époque ni contre sa musique, je voulais juste resituer l’année où cette réforme a été écrite, parce que ça remonte quand même!!! On est donc en droit de se demander:

« Mais pourquoi maintenant??? »

Je ne sais pas, ils s’ennuyaient et avaient envie d’entendre les Français râler un peu… 😉 Non, en fait, l’orthographe révisée (oui, il ne s’agit pas de réforme en réalité) est censée être appliquée depuis 1990.

Je ne suis pas une vieille réac’ et je pense que les changements peuvent être bons quand ils tirent la langue vers le haut…

Soyons francs, dans cette révision, une partie des changements semble un peu inutile (prenons l’exemple de « nénuphar » « nénufar »).

Je vous avoue qu’au début j’ai été un peu dégoutée, mais je me suis apaisée et je l’ai regardée de plus près, rassurons-nous, nous sommes quand même loin de la mort prochaine de la langue française que nous annoncent les médias alarmistes.

Et il faut quand même rappeler que conformément à la décision de l’Académie française « aucune des deux graphies [ni l’ancienne ni la nouvelle] ne peut être tenue pour fautive ». Donc si on reste positif et qu’on regarde ça avec un esprit calme, nous aurons deux possibilités pour écrire certains mots.

quèsaco

Les changements en 10 points:

Je vous laisse un petit topo avec les points principaux du changement:

  • Les numéraux composés sont systématiquement reliés par des traits d’union.
    vingt et un → vingt-et-un
    deux cents → deux-cents
    un million cent → un-million-cent
    trente et unième → trente-et-unième
  • Dans les noms composés (avec trait d’union) du type pèse-lettre (verbe + nom) ou sans-abri (préposition + nom), le second élément prend la marque du pluriel seulement et toujours lorsque le mot est au pluriel.
    un compte-gouttes, des compte-gouttes → un compte-goutte, des compte-gouttes
    un après-midi, des après-midi → un après-midi, des après-midis
  • On emploie l’accent grave (plutôt que l’accent aigu) dans un certain nombre de mots (pour régulariser leur orthographe), au futur et au conditionnel des verbes qui se conjuguent sur le modèle de céder, et dans les formes du type puissè-je.
    événement → évènement
    réglementaire → règlementaire
    je céderai → je cèderai
    ils régleraient → ils règleraient
    Observation Devant une syllabe muette, on écrit donc toujours è, sauf dans les préfixes dé- et pré-, les é- initiaux ainsi que médecin et médecine.
    La règle de base est généralisée : évènement ressemble désormais à avènement ; règlementaire s’écrit comme règlement.
  • L’accent circonflexe disparait sur i et u.
    On le maintient néanmoins dans les terminaisons verbales du passé simple, du subjonctif et dans cinq cas d’ambigüité.
    Coût → cout
    entraîner, nous entraînons → entrainer, nous entrainons
    paraître, il paraît → paraitre, il parait
    Observation Les mots où le circonflexe est conservé parce qu’il apporte une distinction de sens utile sont : les adjectifs masculins singuliers , mûr et sûr, jeûne(s) et les formes de croitre.
  • Les verbes en -eler ou -eter se conjuguent sur le modèle de peler ou de acheter. Les dérivés en -ment suivent les verbes correspondants. Font exception à cette règle appeler, jeter et leurs composés (y compris interpeler).
    j’amoncelle → j’amoncèle
    amoncellement → amoncèlement
    tu époussetteras → tu époussèteras
  • Les mots empruntés forment leur pluriel de la même manière que les mots français et sont accentués conformément aux règles qui s’appliquent aux mots français.
    des matches → des matchs
    revolver → révolver
  • La soudure s’impose dans un certain nombre de mots, en particulier :
    – dans les mots composés de contr(e)- et entr(e)- ;
    – dans les mots composés de extra-, infra-, intra-, ultra- ;
    – dans les mots composés avec des éléments « savants » (hydro-, socio-, etc.) ;
    – dans les onomatopées et dans les mots d’origine étrangère.
    contre-appel, entre-temps → contrappel, entretemps
    extra-terrestre → extraterrestre
    tic-tac, week-end → tictac, weekend
    porte-monnaie → portemonnaie
  • Les mots anciennement en -olle et les verbes anciennement en -otter s’écrivent avec une consonne simple. Les dérivés du verbe ont aussi une consonne simple. Font exception à cette règle colle, folle, molle et les mots de la même famille qu’un nom en -otte (comme botter, de botte).
    corolle → corole
    frisotter, frisottis → frisoter, frisotis
    Là encore, il s’agit de supprimer des incohérences : corole s’écrit désormais comme bestiole ; mangeoter suit neigeoter.
  • Le tréma est déplacé sur la lettre u prononcée dans les suites -güe- et -güi-, et est ajouté dans quelques mots.
    aiguë, ambiguë → aigüe, ambigüe
    ambiguïté → ambigüité
    arguer → argüer
    Observation Les mots dans lesquels est ajouté un tréma sont : argüer (j’argüe, nous argüons, etc.), gageüre, mangeüre, rongeüre, vergeüre.
    Le déplacement du tréma évite des difficultés de lecture ; son ajout empêche des prononciations jugées fautives.
  • Comme celui de faire, le participe passé de laisser suivi d’un infinitif est invariable.
    elle s’est laissée maigrir → elle s’est laissé maigrir
    je les ai laissés partir → je les ai laissé partir

Vous trouverez les rectifications de l’orthographe ici.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Protected by WP Anti Spam