mars 032012

Me revoici me revoilà et cette fois-ci avec les « erreurs » de localisation et les faux amis.

Comme tout le monde le sait, les erreurs de traduction sont une catastrophe. Mais il y a quelque chose d’aussi important dans le monde de la traduction et du traducteur, il s’agit de la localisation, qui consiste en l’adaptation d’un produit (traduction) à une région particulière.

Pour ce qui est des erreurs de localisation, il faut savoir que certaines entreprises ne le font bien entendu pas exprès (il s’agit encore et toujours d’embaucher des gens qualifiés), mais d’autres le font afin de créer le buzz et de faire parler de leur produit et utilisent donc leur mauvaise localisation comme un double sens pour attirer l’attention…

– C’est un peu ce qui s’est passé avec la marque d’aspirateur Electrolux. En effet, dans les années 60, le fabriquant suédois d’aspirateur veut conquérir le marché anglophone avec le slogan « Nothing sucks like an Electrolux », alors évidemment en anglais, le verbe « suck » peut signifier « aspirer », mais en argot américain ça veut dire « ça craint ». Mais à l’époque l’entreprise a dit avoir voulu attirer l’attention avec le double sens de son slogan.electroluxsign

– En termes de marketing automobile, General Motors et Ford ne sont pas en reste. GM ne s’est pas rendu compte à temps du sens que pouvait avoir le nom de sa voiture la Chevrolet Nova lorsqu’il l’a présentée sur le marché latino-américain. Et oui, « No va » qui peut signifier « n’avance pas » était un double sens malheureux.

– Et Ford a eu un problème similaire au Brésil, lorsqu’il a lancé la « pinto » il s’est rendu compte qu’en brésilien c’est un mot argotique pour parler du sexe masculin. Ils l’ont donc remplacé par « Corcel » qui peut signifier cheval.

– Aux États-Unis en 1993, la campagne publicitaire « Got Milk ? » a été lancée par la California Milk Processor Board pour inciter les gens à consommer du lait.

Lorsque cette campagne a été introduite au Mexique avec la traduction « Tienes Leche ? » certaines personnes ont pu comprendre qu’on leur demandait si elles allaitaient, car « tienes leche ? » peut prendre ce sens.Sans bien entendu parler encore une fois d’un autre double sens plus sexuel dont les Mexicains sont friands.got-milk-que-tienes-leche-L-4mgbgb

– Restons dans ce registre et sur le continent américain pour parler du moment où Hunt Wesson a voulu introduire ses produits Big John au Canada francophone avec la traduction toute particulière de « Gros Jos ». Ce que la personne qui a traduit ne semblait pas savoir c’est que « Gros jos » n’est autre qu’un québécisme pour parler de la poitrine d’une femme.

– Volons maintenant en direction d’une autre erreur de localisation qui nous amène encore une fois la preuve que la traduction littérale peut avoir des conséquences…

En 1977, Braniff Airlines décide de remplacer tous les sièges de première classe par des sièges en cuir. S’en suivra la campagne publicitaire avec le slogan « Fly in leather ».

Tout allait bien jusqu’à ce qu’elle soit traduite en espagnol pour le marché latino-américain par « Vuela en cuero (s) » qui signifie « Volez nu, à poil », et oui avec Braniff Airlines on pouvait voler dans le plus simple appareil…images

Motorola n’est pas en reste non plus. Lorsque l’entreprise a lancé sur les marchés francophones son « Q », elle en a fait sourire plus d’un et lorsqu’elle s’en est rendu compte elle a ajouté le nom complet, soit « Q9h ». Parce qu’au début la traduction ça donnait ça : « My Q. Renewed intelligence. »motorola-mon-q Et « If it’s important to you, it’s important to your Q. »motorola-votre-q

– Je terminerai sur un autre type d’erreur de localisation, journalistique cette fois-ci et non pas marketing qui a pu être lu lors de la catastrophe de Fukushima.

On a pu constater dans plusieurs journaux français que l’on parlait de « l’usine de Fukushima » or en français il est plus adéquat de parler de « centrale ». Le terme en anglais étant « Nuclear Power Plant », le mot « plant » a été traduit littéralement sans localisation puisqu’il peut aussi signifier “usine”.

Tous ces exemples, aussi risibles soient-ils, sont une preuve de la nécessité de vrais professionnels de la traduction, car ce type d’erreur peut avoir de réelles conséquences sur la vente d’un produit.


Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Protected by WP Anti Spam