Différence entre la langue, le dialecte et le patois

205f9b006b

Tout le monde s’est déjà posé cette question au moins une fois. Lorsque j’étais au lycée, ma professeur d’italien nous avait donné l’étrange explication selon laquelle la langue et le dialecte se différenciaient au nombre de personnes qui les parle…

Vous admettrez que cette explication n’est pas très convaincante…J’ai donc voulu répondre à cette question en laissant la parole à un spécialiste, un grand linguiste que j’admire beaucoup : Claude Hagège. On peut dire que Claude Hagège est notre Noam Chomsky à nous 😉

Dans une entrevue, Claude Hagège explique simplement qu’il n’existe aucune différence structurelle entre les langues et les dialectes.

virgula
Glyphe nahua du « parler »

Selon le linguiste, les langues sont des dialectes et ce qui les différencie n’est en rien d’ordre structurel puisqu’un dialecte possède une grammaire (tout aussi complexe que ce que l’on appelle une langue), une morphologie, une syntaxe, un vocabulaire, une phonétique, une phonologie…

Il nous dit qu’un dialecte a toutes les composantes qui font une langue humaine, mais qu’il s’en distingue par des caractéristiques notamment exogènes non linguistiques, il en cite trois :

  • La première c’est que lorsqu’un dialecte devient un instrument de gouvernement, la région dans lequel il s’installe va être un lieu où il va faire naître une langue, la langue sera donc définie par le fait qu’elle est le dialecte de la région dans laquelle s’est installé une république, une monarchie ou un pouvoir politique donné.
Dante
Dante

Je prendrai donc l’exemple de l’Italie. Avant son unification, l’Italie était composée de différents royaumes. Le florentin du 14e siècle a été choisi pour langue officielle (l’italien) pour des raisons culturelles, en effet, les écrivains majeurs du 14e Dante, Petrarca et Boccaccio écrivaient en florentin. (Notons que l’on ne peut pas parler de dialectes puisqu’à cette époque il n’existait pas de langue nationale, en italien on préfère plutôt parler de « volgari »).

  • La deuxième est celle de l’histoire d’une littérature écrite. Une langue, qui est devenue un instrument de pouvoir dans un lieu donné et qui est passée sans un moindre changement sur le plan interne du statut de dialecte à celui de langue, est aussi un instrument de diffusion des ordres au début et par la suite peut-être d’une littérature par l’écriture. Il faut parfois passer par l’invention d’une écriture puisqu’un très grand nombre de langues ne sont pas écrites.
  • La troisième, en relation logique avec les deux autres, c’est l’entreprise de normalisation, c’est-à-dire de dégagement d’une norme, cette norme évidemment considérée comme celle qui a le plus de prestige, la plus importante pour la littérature écrite (donc c’est lié à la deuxième caractéristique) ainsi que pour les médias, la radio, la TV, les journaux.

Le patois, plus spécifique au français.

c_est_y_toi_ou_c_est_y_patois

En ce qui concerne les patois, Claude Hagège nous précise qu’il s’agit plutôt du cadre français, que ce sont évidemment des langues qui ont une grammaire aussi complexe et élaborée qu’une langue. Il insiste sur le fait que les patois ne sont en rien des moindres langues comme on le croit souvent faute d’information.

Il explique que les patois sont des langues de milieux ruraux, c’est-à-dire qu’ils sont cantonnés à des espaces où il y a une activité rurale d’élevage et de culture et ils sont également cantonnés à des espaces de confidence, des espaces restreints de populations qui se connaissent dans un lieu donné. Il nous dit que souvent il peut y avoir une variété d’un village à l’autre situé à moins de 5 ou 10 km et que les patois sont extrêmement conservateurs par rapport à la langue parce qu’ils n’ont pas eu de raisons d’évoluer aussi fortes du fait précisément de leur cantonnement à des milieux ruraux. Ce sont donc des langues à caractères restreints, plus confidentiels, tout aussi élaborées que n’importe quelle langue, mais définies par leur restriction à l’usage dans des communautés plus généralement campagnardes.

Voici donc l’explication simple et complète que nous offre Claude Hagège à ce sujet, j’espère qu’elle vous conviendra 😉



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Protected by WP Anti Spam